Le marché de la transmission en France

Un marché stable et relativement atone

(source baromètre Bodacc 2015)

En 2015, près de 40 000 fonds de commerce ont été vendus au prix moyen de 180 000 € enregistrant une baisse de 5 % sur un an. Cette valeur moyenne cache de fortes disparités entre les activités. Ainsi, un salon de coiffure se vend en moyenne 60 000 € contre 200 000 € pour une boulangerie et 370 000 € pour un hôtel.

Cette relative faiblesse du nombre de transactions confirme une tendance lourde depuis 2008 liée à la crise économique.

Les secteurs du commerce et de l'hébergement, restauration, débits de boisson animent toujours les reprises de fonds de commerce. Ils représentent 57 % des transactions. Viennent ensuite la boulangerie-pâtisserie et les salons de coiffure.

Les transactions «hors cible my-Forum» (ETI et grandes entreprises) ne représentent que 5% du nombre total de transaction. Il est à noter que près de  la moitié des repreneurs (46 %) sont des primo-créateurs.

On constatera également des temps de vente longs et variables selon les domaines d’activité (sources BPI).

Par exemple en 2014 :
  • 362 jours pour un restaurant rapide,
  • 478 jours pour une boucherie-charcuterie.
De même, tous secteurs confondus, il existe de fortes disparités tant en valeur qu’en temps de vente d’une région à l’autre.
 
D’un bout à l’autre du spectre :
  • Pour le temps moyen de vente : 570 jours dans la région Centre contre 256 jours en Franche Comté et 437 jours en moyenne nationale. 
  • Pour le montant moyen des transactions : 234 000 € en Franche Comté contre 812 000 € en Corse et 351 000 € en moyenne nationale.

L’annonce représente 20 % des origines de transmission. Avec près de 50 000 annonces présentes sur ses différents sites thématiques, my-Forum couvre déjà une très grande partie du nombre de transactions.

Des reprises pérennes dans leur immense majorité

88 % des repreneurs de 2010 sont encore en activité en 2014, soit 5 ans après.
 

Ces données sont à mettre en perspective avec les chiffres de l’INSEE qui montrent qu’à 5 ans, seules 51 % des entreprises créées (tous secteurs confondus) survivent encore.

Garder le contact et proposer une offre complémentaire, voire récurrente, aux acheteurs ayant eu recours à my-Forum pour trouver leur cible prend donc tout son sens.

Il y a non seulement opportunité à créer une communauté par "métier" mais surtout une demande des utilisateurs.

Effet papyboom des chefs d’entreprise

 
En 2013, 350 000 entreprises françaises avaient un dirigeant âgé de 60 et plus. (sources : DADS et Bodacc)

Parmi celles-ci :

  • 75 000 relevaient du secteur du commerce, de la restauration et des métiers de bouche en général ;
  • 60 000 dans l’assurance, finance et immobilier ;
  • 50 000 dans le BTP, la construction et l’industrie ;
  • 55 000 dans les services aux entreprises.

La relative faiblesse du nombre de transactions constatées plus haut va donc s’inverser sous le poids de la démographie.

Le jeune Français est un entrepreneur

Dans le même temps, le tempérament «entrepreneurial» des Français et notamment de la nouvelle génération s’impose de plus en plus.

30 % des Français disent avoir envie de créer ou reprendre un jour une entreprise, soit un vivier de 15 millions d’entrepreneurs potentiels.

Un réservoir important au regard des 550 000 créations d’entreprises enregistrées chaque année depuis 2011.

Du côté des jeunes, si en 2000, 80 % des jeunes de moins de 25 ans se rêvaient fonctionnaires, ils sont aujourd’hui plus de 51 % à vouloir devenir un jour chef d’entreprise.

 

 

Retour au sommaire